Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PUC 55 et plus...

PUC 55 et plus...

"Sans la liberté de dribbler, il n'est pas de vieillir flatteur"

L'INSTABILITE COMME FORME ULTIME DE L'ÉQUILIBRE?

Publié par BRUNO sur 18 Juin 2015, 02:02am

Catégories : #HUMEURS

L'INSTABILITE COMME FORME ULTIME DE L'ÉQUILIBRE?

Par définition, un footballeur est en équilibre lorsque les forces qui agissent sur lui se compensent. La somme de ces forces est nulle.
Mais il est important de distinguer trois formes d'équilibre:
L'équilibre stable: Après perturbation, le footballeur retrouve sa position initiale.
L'équilibre indifférent: Après perturbation le footballeur se trouve dans un ailleurs, mais dans sa position initiale.
L'équilibre instable: Après perturbation, le footballeur s'écarte de sa position initiale (souvent pour rejoindre le rêve d'une position d'équilibre stable !).


"Je ne suis vraiment UN, que lorsque je suis deux, au moins..." Écrit Fernando Pessoa


Plus il est projeté vers l'avant, plus le footballeur s'installe dans le déséquilibre. L'approche du but l'incite a progresser dans l'incompréhensible savoir faire du vacillement maîtrisé, pour désarçonner l'adversaire, tout en maîtrisant la trajectoire imprévisible du ballon roulant devant lui. C'est le dribble. Il s'apprend, mais c'est avant tout un don.
Sans doute y a t il,au delà de la raison, une prédisposition naturelle chez chacun de nous pour l'équilibre stable, indifférent ou définitivement instable.
Chacune de ces tendances naturelles installe le footballeur sur le terrain, depuis la ligne de but, ou plus exactement la cage, jusqu'à la surface de "réparation" adverse. Du gardien de but jusqu'au buteur, au fur et à mesure de l'avancée vers le but à inscrire, l'équilibre stable s'installe dans l'indifférence, pour aboutir a l'instabilité totale.
Le problème c'est que cette théorie appliquée à la footballistique avec des résultats spectaculaires, peut s'avérer inopérante, voir catastrophique après le coup de sifflet final.
L'équilibre instable de l'avant centre est la condition sine qua non à sa réussite pendant le match du dimanche. Elle sera la cause de son désordre intérieur les six autres jours de la semaine.
(Chronique inspirée par un oxymore (je pars-amitié), adressé par mail le 17 juin vers 20 heures à l'ensemble de l'équipe)

L'INSTABILITE COMME FORME ULTIME DE L'ÉQUILIBRE?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
C'est bien pour cela que les "chèvres" ne dépassent que rarement le rond central.... Au-delà c'est l'instabilité dans toute sa splendeur. <br /> Et c'est pour cette même raison qu'elles peuvent revenir paître paisiblement le dimanche suivant...
Répondre
D
euhhh ... plutôt un sujet de bac de sciences physiques !
Répondre
J
ça fait mal au crâne quand même !!
J
euhhhh.... C'est un sujet du bac de philo 2015 !!!
Répondre

Archives